Albumine sérique

Synthétisée par le foie, la sérumalbumine sert de transporteur à de nombreux ligands et joue un rôle capital dans le maintien de

la pression oncotique du plasma. C’est de loin la protéine la plus abondante dans le sérum (60 % des protéines sériques).

Indications

• Diagnostic d’une insuffisance hépatocellulaire au cours d’une affection hépatobiliaire.

• Confirmation du diagnostic de syndrome néphrotique devant des oedèmes avec protéinurie.

• Bilan d’une malabsorption découverte à l’occasion d’une diarrhée chronique.

Prélèvement

Sang recueilli sur tube sec ou hépariné.

Valeurs usuelles

De 35 à 50 g/L

Chez l’enfant de moins 1 an : de 35 à 40 g/L

Interprétation

Hyperalbuminémie

L’hyperalbuminémie est le signe d’une déshydratation extracellulaire.

Hypoalbuminémie

Une hypoalbuminémie témoigne soit d’une insuffisance de synthèse, soit de pertes protidiques urinaires ou digestives.

Diminution de synthèse

L’hypoalbuminémie peut être due à une dénutrition.

Elle est surtout causée par l’insuffisance hépatocellulaire dont l’hypoalbuminémie est, avec l’abaissement des facteurs du complexe prothrombine, le meilleur signe.

Pertes protéiques

Les pertes urinaires d’albumine réalisent le syndrome néphrotique, où une albuminémie > 30 g/L s’associe à une protéinurie > 3 g/jour (50 mg/kg/jour chez l’enfant) (voir Protéinurie).

Les pertes digestives d’albumine sont dues à une malabsorption. L’hypoalbubinémie est particulièrement marquée dans les malabsorptions des entéropathies chroniques – maladie coeliaque, maladie de Whipple, grêle court, lymphome intestinal –, découvertes d’ordinaire lors du bilan d’une diarrhée chronique.