Prélèvement de gorge

Le prélèvement de gorge, peu pratiqué en France, mériterait de l’être plus souvent.

Indications

• Diagnostic étiologique d’une angine rouge, pseudo-membraneuse ou ulcéronécrotique.

• Prélèvement systématique en cas de maladie sexuellement transmissible (MST).

Technique

Deux écouvillons stériles sont appliqués de façon exclusive :

– sur la paroi postérieure du pharynx et les deux amygdales (en cas d’angine, les piliers en l’absence d’amygdales)

– sur la langue et la face interne des joues en cas de recherche de Candida.

L’un des écouvillons sert à faire un étalement sur lame, l’autre est réservé à la culture.

Tous deux sont envoyés au laboratoire dans un étui muni de préférence d’un milieu de transport (type Portagerm, Amies).

Interprétation

Normalement la gorge abrite de nombreux germes : des streptocoques, des Neisseria, des corynébactéries, des Hæmophilus, des anaérobies.

Il ne suffit donc pas d’isoler une bactérie pour affirmer qu’elle est à l’origine d’une angine. Il faut se fonder sur les caractères de l’angine (à bien préciser au laboratoire lors du prélèvement) et sur les critères de pathogénicité qu’il revient au bactériologiste d’évaluer.

Angines rouges

Bien qu’elle n’en soit pas une preuve formelle (car il existe des porteurs sains surtout à la fin de l’hiver chez les jeunes enfants), la présence d’un streptocoque du groupe A (SGA) bêta-hémolytique dans la gorge est un gros argument en faveur de l’origine streptococcique d’une angine et contre son origine virale.

Des tests de diagnostic rapide (TDR) permettent de détecter en quelques minutes, au lit du malade, les SGA. En principe seules les angines streptococciques authentifiées par un TDR positif sont traitées par les antibiotiques. Ce sont les plus rares, deux fois moins fréquentes que les angines virales.

Autres angines

Angine de Vincent

Devant une angine unilatérale, peu douloureuse, à peine fébrile, où l’une des deux amygdales est ulcérée, l’examen d’un frottis du prélèvement coloré au Gram confirme facilement le diagnostic d’angine de Vincent s’il montre un grand nombre de bacilles gram négatifs fusiformes (Fusobacterium necrophorum et F. nucleatum) associés à des spirochètes saprophytes (Treponema vincenti). Inutile de cultiver.

Diphtérie

La dipthérie est exceptionnelle en France (trois à cinq cas par an).

Néanmoins, toute angine à fausse membrane doit faire l’objet d’un prélèvement de gorge à la recherche de Corynebacterium diphteriæ, tandis qu’est demandé un MNI test.

Gonococcie pharyngée

La gonococcie pharyngée est asymptomatique dans près de 85 % des cas. Aussi est-ce dans le cadre d’une recherche systématique, au cours d’une consultation pour MST, que le prélèvement de gorge la dépiste.

Remarque : le prélèvement de gorge est inutile :

• en cas d’angine chez l’enfant de moins de trois ans, les angines étant virales à cet âge ;

• en cas de phlegmon de l’amygdale, car l’infection est enclose dans l’amygdale ;

• en cas de syndrome angine-infarctus pulmonaire (exceptionnel) : la recherche du germe en cause Fusobacterium necrophorum doit se faire par  hémoculture ;

• en cas de contact avec un patient souffrant de méningite purulente à méningocoque.